Home / Actualité / Communiqué final de la 7ème session du Conseil national de l’Istiqlal : Pour une opposition nationale istiqlalienne et une coordination avec les partis nationaux démocratiques

Communiqué final de la 7ème session du Conseil national de l’Istiqlal : Pour une opposition nationale istiqlalienne et une coordination avec les partis nationaux démocratiques

Les membres du Conseil national du Parti de l’Istiqlal saluent hautement la teneur de l’exposé politique du Secrétaire Général du parti en ouverture de cette session et déclarent faire leurs son contenu, ses axes et les positions qu’il décline, lesquelles reflètent les positions de l’ensemble des istiqlaliens et istiqlaliennes.

Le dossier du Sahara marocain est définitivement clos
Le Conseil national du Parti réitère les postions constantes du parti concernant la question de notre intégrité territoriale selon lesquelles ce dossier est définitivement clos à la faveur du retour de ces provinces à la mère patrie grâce à la glorieuse Marche Verte dont le peuple marocain vient de célébrer le 40ème anniversaire il y a quelques jours et affirme, de nouveau, que la proposition marocaine d’autonomie procède de la conviction de l’ensemble des Marocains quant à la nécessité de trouver une solution politique, pacifique et sauve l’honneur de l’autre partie.

Il affirme également que l’adoption de l’autonomie s’inscrit dans le fondement même du principe d’autodétermination prévu par les résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU et lance un appel sincère aux parties impliquées dans ce conflit artificiel pour qu’elles fassent preuve de sagesse et de perspicacité afin de soustraire la région à cette situation qui ne sert nullement les intérêts des peuples.
Le Parti de l’Istiqlal salue hautement la visite bénie de SM le Roi Mohammed VI dans ces chères régions de notre territoire et proclame son adhésion au contenu du discours royal à l’occasion de la commémoration du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte et dans lequel le Souverain a fait état d’une nouvelle approche dans le traitement de notre cause première afin de rompre définitivement avec toutes les formes de rente. Les istiqlaliens et istiqlaliennes expriment leur fierté pour l’annonce par SM le Roi de la mise en œuvre d’une stratégie d’exécution du modèle de développement proposé par le Conseil économique, social et environnemental et qui prévoit la réalisation de grands projets tendant à renforcer les infrastructures dans l’ensemble de ces provinces et à ménager les conditions d’une vie décente à nos concitoyens là-bas.
Le Conseil national du Parti de l’Istiqlal, tout en s’inclinant devant la mémoire des martyrs de notre intégrité territoriale qui ont sacrifié leur vie pour la patrie et tout en se félicitant grandement des immenses sacrifices consentis par les membres des FAR, de la Gendarmerie Royale, de la Sûreté Nationale, des Forces Auxiliaires et de la Protection Civile, appelle aussi à accorder une grande attention et un intérêt réel aux familles des martyrs et victimes de la guerre qui est faite à notre pays.
Le Conseil national salue chaleureusement nos concitoyens unionistes qui ont fait face aux adeptes du séparatisme et du démembrement et n’ont ménagé aucun effort, chacun en ce qui le concerne, pour contribuer à assurer les conditions du développement global de ces provinces, de même qu’il salue le combat desistiqlaliens et istiqlaliennes, combat dont les populations de ces régions ont explicitement exprimé l’appréciation à travers leur vote en faveur des candidats du parti lors des différentes phases du récent processus électoral.

Gagner le challenge des élections
Le Conseil national du Parti de l’Istiqlal salue hautement les immenses efforts des istiqlaliens et istiqlaliennes, au niveau des sections comme à celui des organisations et institutions du parti, efforts qui ont donné leurs fruits lors de toutes les étapes du récent processus électoral et qui ont permis au parti d’occuper une position avancée sur l’échiquier politique national, et ce, malgré les incessantes tentatives de corrompre ledit processus et visant le Parti de l’Istiqlal en particulier, et en dépit du fait que le gouvernement s’est entêté, et d’une manière qui n’est pas passée inaperçue, à se mettre en porte-à-faux contre les suggestions positives de notre parti durant les soi-disant consultations ou lors de la discussion des projets de textes relatifs aux deux Chambres du parlement, suggestions qui auraient pu prémunir les opérations électorales contre toutes les formes d’atteinte ou, à tout le moins, en atténuer sensiblement l’ampleur et la portée.
Et en dépit du fait que certains membres des autorités provinciales et locales dans certaines régions n’ont ménagé aucun effort pour porter préjudice à notre parti, les résultats sont là qui déçoivent grandement ses adversaires et ennemis puisque les urnes lui ont réservé un rang très honorable, car c’est un parti qui a assumé sa mission dans l’opposition et les résultats définitifs attestent la considération des électeurs pour les combats du parti. Le Conseil national reconnaît, aujourd’hui, que nonobstant l’influence des facteurs ci-devant, il ne saurait ne pas admettre l’existence de carences au niveau de l’action et de l’organisation du parti en ce qui concerne une partie du contenu de son discours médiatique et la manière de « vendre » ce discours, comme cela apparaît clairement à travers la couverture qui lui a été réservée par tous les médias, toutes tendances et tous styles confondus.
Aussi, le Conseil national appelle la direction de l’Istiqlal à procéder, vite, à une évaluation globale et objective de l’action des organes et instances du parti et à élaborer un plan d’action en vue de faire face aux exigences de l’étape suivante. Le Conseil national saisit cette opportunité pour exprimer sa fierté pour l’action et le rendement des militants et militantes istiqlaliens lors de toutes les étapes des dernières élections et félicite les militants qui ont gagné la confiance des électeurs ; il exprime, également, sa fierté pour les résultats très honorables du parti lors des dernières élections dans nos provinces du Sud et, tout en félicitant les militantsistiqlaliens dans ces chères contrées, affirme en même temps que ces résultats reflètent la solidité des liens et de l’attachement de nos concitoyens, dans ces provinces, à l’unité nationale.
Le Parti de l’Istiqlal insiste, à cette occasion, sur la nécessité de ménager des conditions nouvelles en son sein à même de renforcer son unité et sa cohésion et à réhabiliter les relations militantes qui ont caractérisé de tout temps le parti ; il considère que les conditions ayant prévalu dans un passé récent ne sont plus de mise et que la prochaine étape doit être celle de l’union et de la garantie des facteurs et conditions de force. Aussi, appelle-t-il à une réconciliation interne et à la tenue d’une session extraordinaire, en présence de tous les membres du Conseil national ayant participé au 16ème congrès du parti.

Rangement dans l’opposition
Le Conseil national rappelle, à cette occasion, qu’il est l’instance habilitée statutairement à trancher dans les orientations et options générales en rapport avec les questions essentielles. Par conséquent, c’est lui qui a décidé le retrait du gouvernement et le rangement dans l’opposition après s’être assuré des réalités et circonstances ayant dicté cette décision, laquelle prévoyait de se positionner dans l’opposition politique sans plus, car le Conseil était parfaitement conscient des dangers qui guettaient la vie politique et la scène politique en particulier de ci ou de là. Le Conseil national considère, aujourd’hui, que les raisons d’une coordination avec des parties au sein de l’opposition parlementaire ne sont plus de mise et que la coordination au niveau politique doit se limiter aux partis nationaux démocratiques, coordination qui se justifie par ce que ces forces vives et militantes ont accumulé comme acquis très impressionnants et réalisations historiques au service du peuple marocain. Il affirme que rien ne s’est produit qui justifierait une remise en cause du positionnement dans l’opposition, laquelle doit refléter une identité purement nationale et istiqlalienne imprimant un caractère de souveraineté et d’autonomie de décision à son action et exprimant une opposition objective et honnête, ne s’embarrassant guère des contraintes et ne rangeant point le parti avec tel ou tel autre ; une opposition, en somme, qui clame haut la vérité et rien que la vérité. Le Conseil national confie la tâche de gérer cette directive au Comité exécutif du parti.
Le pays traverse une situation délicate qui requiert attention et vigilance, surtout de la part du Parti de l’Istiqlal qui a constamment incarné la conscience vive de la nation. C’est pourquoi le Conseil national affirme que les efforts du parti et des militants en matière d’organisation et de pensée doivent focaliser sur l’avenir, surtout que l’an prochain connaîtra des élections législatives décisives. Il engage donc la direction du parti à préparer, avec diligence, un document de référence englobant les aspects intellectuel et organisationnel et constituant une feuille de route claire pour la prochaine étape ; document qui propose des issues et des solutions à toutes les questions à même de ménager les conditions permettant de gagner le challenge de la prochaine phase aussi bien au niveau politique qu’à celui de l’organisation.

Défense des constantes
Le Parti de l’Istiqlal qui a défendu avec acharnement les constantes de la nation marocaine musulmane dont les pieux ancêtres ont théorisé et développé les fondements des points de vue du Fiqh et scientifique, si bien que le colonialisme a usé de tous les moyens à sa portée pour les altérer et les métamorphoser afin de dénaturer l’identité marocaine, ces tentatives n’ayant point cessé après la fin de la période coloniale, puisqu’elles se sont poursuivies à travers les programmes scolaires, la famille et les médias ou en brandissant les slogans de la modernité et de la contemporanéité, le Parti de l’Istiqlal affirme donc, aujourd’hui, que la véritable modernité et la contemporanéité effective passent par la préservation et la sauvegarde des constantes de la nation et leur adaptation aux exigences de l’évolution à tous les niveaux, que la modernité et de la contemporanéité ne signifient point renier son identité. Par conséquent, le Parti de l’Istiqlal soutient que quiconque accepte de se faire le héraut d’objectifs autres que ceux allant dans le sens de la préservation des constantes du peuple marocain, celui-là perd son temps et contribue à faire perdre au peuple marocain l’occasion de se développer et de progresser. Aussi, et qu’il s’agisse de la question de l’égalité successorale (en héritage) que certains milieux se sont évertués à engouffrer dans un rapport concernant les droits de la femme marocaine ou des autres questions ayant trait à l’identité  marocaine, arabe, amazighe et islamique, le Parti de l’Istiqlal proclame son refus absolu de la méthodologie adoptée par ces milieux en abordant ce sujet. Le Parti de l’Istiqlal croit, certes, en les vertus de l’Ijtihad ou effort d’interprétation des textes sacrés et se réclame même de cette école et des contributions considérables des salafistes istiqlaliens, à leur tête le grand Alem et leader de la libération, feu Allal El Fassi, à l’enrichissement de la pensée moderne, notamment en ce qui concerne l’Ijtihad ; l’on se rappelle, à ce sujet, les questions relatives à l’identité nationale et qui ont été traitées selon la méthodologie participative imaginée par SM le Roi Mohammed VI qu’Allah le glorifie, comme cela fut le cas pour le Code de la famille ou l’avortement. Le Conseil national estime que cette méthodologie est toujours valable et efficiente pour résoudre la question de l’Ijtihad.
Dans le même ordre d’idées, le Parti de l’Istiqlal attire l’attention sur l’extrême dangerosité de l’initiative du gouvernement, en la personne du ministre de l’Education et de la Formation professionnelle, tendant à renoncer à l’arabisation des matières scientifiques dans certaines filières, initiative qui procède du même dessein tendant à attenter aux constantes de la nation ; le parti invite ainsi le gouvernement à assumer ses responsabilités à ce sujet et à annoncer l’annulation immédiate de ladite initiative.

Solidarité avec la classe laborieuse
La session du Conseil national coïncide avec des événements marquants et des développements considérables ayant des incidences notables sur la société dans son ensemble. Notre parti, qui se caractérise par son sens de l’équité et la justice et qui interagit avec les aspirations et attentes des citoyens, se doit, aujourd’hui, de concrétiser ces choix à travers l’affirmation par le Conseil national de sa solidarité totale et inconditionnelle avec l’ensemble des composantes de la classe laborieuse marocaine et en soulignant que le gouvernement s’est mal comporté, concernant le dialogue social, envers les centrales syndicales.
En effet, alors que de grands et considérables efforts ont été consentis dans le passé en vue d’institutionnaliser ce dialogue avec les partenaires sociaux, syndicats et patronat, institutionnalisation qui avait commencé à donner ses fruits à travers des résultats profitables aux travailleurs, salariés et fonctionnaires dont les émoluments et indemnités ainsi que le pouvoir d’achat de cette catégorie se sont améliorés, tandis que de nombreux conflits du travail ont trouvé une solution par le dialogue, le gouvernement s’est évertué à faire avorter ce processus, à occulter le dialogue social et à le vider de sa substance, de même qu’il a persisté à ignorer les revendications légitimes des centrales syndicales et à plonger le pays dans un climat de tensions sociales avec tout ce que cela comporte comme répercussions sur la situation politique générale du pays. Tout en proclamant notre soutien aux démarches militantes annoncées par les centrales syndicales, nous appelons, en même temps, à ouvrir, au plus tôt, un dialogue véritable, efficient et productif avec ces syndicats afin de trouver un terrain d’entente au sujet de ce qui pourrait ménager de nouvelles perspectives et opportunités pour le pays et mettre fin au climat de crispation qui prévaut actuellement.

Stigmatisation du terrorisme
Le Conseil national du Parti de l’Istiqlal stigmatise toutes les formes et manifestations de terrorisme sous quelque couleur ou bannière qu’il s’exprime ; celui précisément que commettent les milieux terroristes criminels au nom de la religion alors que la religion y est totalement étrangère ; le terrorisme d’Etat exercé par l’entité sioniste, avec l’aval et la bénédiction de la communauté internationale, à l’encontre du peuple palestinien sans défense cible de crimes génocidaires systématiques, comme en attestent les campagnes d’exécution collectives et sommaires de Palestiniens ; le terrorisme médiatique qui recourt à l’incitation et la calomnie contre l’Islam, de nombreux médias puissants et influents de par le monde étant impliqués dans cette sale mission. Le Parti de l’Istiqlal considère que la prévalence de la paix, la confiance et la quiétude dans le monde entier est tributaire de la justice et l’égalité entre les peuples et de l’éradication des foyers de tension dans les diverses régions de la planète sur la base du droit international, lequel doit être, en soi, garant de la justice et de l’équité.

Check Also

Nationale Elections législatives du 7 octobre 2016 : L’Istiqlal pour un seuil de 10 % et une commission indépendante

Le Secrétaire Général du Parti de l’Istiqlal a mis l’accent sur la nécessité de prendre ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *